d’où vient notre idée

2009
– Projet de groupe de parole/formation à médiation Photolangage sur le thème ‘écoute et insertion’ avec des personnes sans domicile fixe, en partenariat avec le centre communal d’action sociale d’une ville déshéritée de l’agglomération lyonnaise :
la 1° tranche d’expérimentation avec les personnels a été riche de leurs découvertes et leur motivation à présenter le projet aux personnes en déshérence qu’ils rencontrent au quotidien ;
la 2° tranche n’a pas vu le jour, bloquée par le comité local de santé mentale

2010-2012
Groupe de parole bimensuel à partir de la médiation Phtolangage au cabinet de psychothérapie de Marie Sabine Bertier Blancher pour des personnes en grandes difficultés sociales, 5 € la séance

Depuis 2011
– Formations bénévoles sur le thème ‘S’écouter pour écouter et mieux vivre le changement’ pour des bénévoles du Secours Catholique, ‘S’écouter pour écouter et mieux vivre au travail pour des personnels et ‘S’écouter pour écouter et mieux vivre l’accompagnement des malades’ pour des bénévoles du diocèse de Lyon

Depuis janvier 2015
– Formations bénévoles sur le thème ‘S’écouter pour écouter et mieux vivre nos missions’ pour des accompagnateurs spirituels et des responsables religieux ayant des responsabilités pastorales, éducatives, médicales ou sociales dans des pays en grande instabilité et grandes difficultés.

– Marie Sabine Bertier Blancher se forme à différents modules de la Technique d’Investigation sensorielle des Peurs Inconscientes (tipi)

Octobre 2015
-> Idée d’aller donner des formations sur place dans les pays déshérités, à un plus grand nombre

Novembre 2015
-> Idée d’un café-tipi pour les gens de la rue ici suite à un échange avec Véronique Clément, musicienne, patricienne Tipi

– Prospection de structures susceptibles d’être intéressées par le projet : cafés, mairies, associations diverses.

– Sortie du livre ‘S’écouter pour écouter aux éditions de La Chronique sociale.

– Un second livre s’organise autour du thème : quand nos sensations régulent nos émotions,  la puissance et la simplicité du Training Autogène de Schultz (TAS) et de la Technique d’Investigation sensorielles des Peurs Inconscientes de Nicon (Tipi).

En lien avec la violence du monde et jusqu’à la fin de l’année, séances gratuites d’aide psychologique post traumatiques et séances de tipi.

Décembre 2015
– Dans le but de monter un café-tipi pour les gens de la rue, quelles que soient leur situation et leur condition, lancement du programme de formation des 45 salariés du pôle insertion d’une fondation de 200 salariés, dont la mission est l’accueil de personnes en situation de fragilité.  Le pôle insertion compte près de 300 places d’hébergement d’urgence.

-> Idée d’une association dont l’objet serait d’échanger gratuitement des compétences autour de l’écoute pour mieux vivre.

Janvier 2016
Formation gratuite tipi pour les 45 salariés du pôle insertion de la fondation pré-citée

– Formation gratuite ‘S’écouter pour écouter et mieux vivre en couple’  incluant tipi pour 15 animateurs du mouvement Vivre et Aimer. La suite s’organise : idem fin avril 2016 pour 100 personnes avec animateurs

– Accord des structures bénéficiant jusque-là de formations gratuites pour les indemniser à court ou moyen terme au profit le l’association SEVE

Février 2016
– Relais du projet de formations gratuites dans les pays en difficultés par des membres de la formation de formateurs religieux et par son responsable au Centre Sèvres

– Café-tipi gratuit pour 15 salariés désireux d’approfondir tipi suite à la première formation qu’il sont reçues et à leur pratique de tipi, en vue d’un café-tipi pour les gens de la rue

– Un groupe de conseillers conjugaux et familiaux en supervision régulière avec Marie Sabine organise une formation gratuite largement ouverte : 35 personnes participent et leurs dons constituent les premières ressources de SEVE

– Projet de partenariat avec le Caravansérail, café interculturel, intergénérationnel et bio,  et avec  Passerelles Buissonnières dont l’objet est d’accompagner des femmes dans leur projet professionnel après la maladie ou l’exil.